Migrations, croissances et décroissances démographiques
D’une guerre régionale concentrée sur un "petit" pays
À un "exemple de pluralisme pour l’Orient et l’Occident"

Logo début de texte, site librementdit.com 07 août 2017 – Introduisant une série d’articles articulés autour de la question des migrations : croissances démographiques, étrangers, laïcité et religions, intégration et autres du même registre, cet essai propose une contribution à la recherche de potentiels de rassemblement.

Plutôt que de dissiper ces énergies en conflits internes, pourquoi attendre encore pour réunir les forces face à une concurrence mondiale qui ne fait aucune différence entre nous tous ?

Pour tenter d’y contribuer, l’auteur de ces lignes s’appuie sur les acquis cumulés d’une expérience, à la fois particulière au Liban et commune avec la France.

La pierre angulaire de cette expérience qui commence à porter ses fruits internes au Liban, après tant de conflits et de guerres, est le dialogue ouvert, la franchise réciproque et la reconnaissance mutuelle. Le but étant de démonter les complexités que le non-dit construit jour après jour, souvent de bonne foi, en croyant bien faire.



C’est pourquoi certains arguments de cet essai risquent de froisser de part et d’autre. En voici un exemple en deux questions.

La première est de savoir si les causes de l’immigration ne remontent pas aux politiques d'ingérence par les grandes puissances, comme en Afrique ou au Moyen-Orient.

La seconde est posée dans l’autre sens : N’y a t-il pas à l'origine, dans les pays des immigrés, des causes endogènes sans lesquelles le conflit n’aurait pas pu éclater en premier lieu, pour qu’émigration s’ensuive ?

Chaque côté sait qu’il y a du vrai dans les deux arguments, complémentaires plutôt que contradictoires : les proportions de l’endogène et de l’exogène relèvent des spécificités de chaque contexte. Mais nous y reviendrons dans un article séparé. Suite de l'article ...

Page :  1234