1950: L'Europe faisait 21,74 % de la population mondiale. 2050: 7,27 %
La plus forte régression démographique entre continents
Sans immigration, l'écart et la régression seraient bien pire

Logo début de texte, site librementdit.com 07 août 2017 – Commençons notre sujet sur les migrations, par cet aperçu de la démographie de l’Europe, de l’Allemagne et de la France sur un siècle : 1950 à 2050, en nombres, taux de croissance et parts du total de la population mondiale.

En soi, les chiffres suggèrent des pistes de réflexion personnelle au présent et pour un avenir pas très lointain.

Ensuite nous reprendrons notre essai avec l’étranger en chacun de nous, à un moment de son histoire personnelle ou familiale, les facteurs des migrations et leurs réalités oubliées ou ignorées... Mais avant, priorité aux chiffres.



Europe: D’après les Nation Unies (Affaires économiques et sociales, division population, 2015, projections population mondiale) :

La part de la population de l’Europe, comparée à la totalité de la population mondiale passera :

de 21,74 % en 1950, avec 549 millions d’habitants,

à 7,27 % en 2050 (707m), en passant par 11,86 % en 2000 (726m), 9,84 % en 2017 (739m) et 8,63 % en 2030 (734m).

L’Europe est ainsi le continent dont la part de la population (du total mondial) a le plus regressé entre 1950 et 2050 (-14,4%), c'est à dire depuis les changements socio-culturels profonds qui ont suivi la reconstruction et la prospérité d'après guerre, comparé à -1,0 pour l’Asie et les Amériques, et à la seule progression, de +16,4 % en Afrique. Suite de l'article ...

Page :  1234