Préalables au dialogue : politique, médiatique et le reste
Exercice de l'autorité dans les zones "difficiles"
Plus de clarté entre le chômage et l'immigration

Logo début de texte, site librementdit.com 07 août 2017 – Il est plus que probable que l’inquiétude vis-à-vis de l’étranger, et qui est tout à fait compréhensible n’importe où en temps de crises, pourrait être canalisée positivement si on commençait par parler aux citoyens un peu plus ouvertement, objectivement et sincèrement des questions de l’immigration, des intérêts, de la géopolitique et des énormes et incontournables changements démographiques que nous traverserons.

C’est à dire, autrement que par manichéisme : les bons d’un côté et les mauvais de l’autre, ici et ailleurs.



Sécurité et autorité : Pour commencer, aucune discussion franche des questions de l’immigration, des intérêts et de démographie, ne peut être lancée si le citoyen n’est pas certain que toute personne étrangère qui est prouvée menaçante pour son pays d’accueil, peut être renvoyée à son pays d’origine et déchue de sa nationalité française si elle a la double nationalité.

De même, le citoyen est en droit d’être rassuré que tout quartier sur le territoire national est accessible aux forces de l’ordre à tout moment, sans avoir à craindre pour leur sécurité. Il était presque incroyable d’entendre les media nous rassurer il y a quelques années, que "la nuit dernière, il n’y a eu que 105 voitures brûlées dans (tel ou tel) quartier". Les véhicules en questions n’appartenaient pas à des riches, ni à des ministres, mais à des gens décents qui ne pouvaient pas les remplacer facilement.

Ensuite, et seulement une fois rassurés sur l’autorité et la souveraineté de l’État, l’intégration ne devrait pas représenter un sujet vraiment exotique, surtout pour un pays comme la France, au rayonnement, aux amitiés et intérêts présents un peu partout dans le monde. Suite de l'article ...

Page :  123