L'Europe et les pays des immigrés : Qui envahit qui, vraiment ?
Si les coopérations équitables remplaçaient les ingérences
On ne craindra plus les arrivées, mais les départs en masse

Logo début de texte, site librementdit.com 07 août 2017 – Après les préalables de l’article précédent, voyons comment pourrait se faire l’intégration des immigrés par adhésion et enthousiasme, plutôt que par obligation, en les considérant comme partenaires du présent et pour l’avenir.

Ainsi nous pourrons leur communiquer, intuitivement, que la France est leur propre pays et celui de leurs enfants, qu’ils peuvent progressivement et volontairement adopter de ses us et coutumes et en proposer des leurs.

Quant à ceux qui croient, et souvent de bonne foi, que la solution serait dans l’arrêt de toute immigration, ce qui les inquiète a été vécu par d’autres dans des contextes beaucoup plus dramatiques, avant de voir les anciennes animosités finir par s’unir en une force commune, face à ce qui les menace, en commun.



Mais avançons jusqu’au bout de l'hypothèse de l'arrêt de toute immigration et allons même plus loin, sans aucune ironie, en supposant le renvoi des étrangers. Pourquoi pas?

Ça pourrait être le rêve de tout le monde, à commencer par les immigrés. Voyons ce que la majorité d'entre eux attendrait pour repartir... en masses.

Remplacer les ingérences par l'équité La solution la plus simple serait d’arrêter toutes formes d’ingérences politiques, économiques, militaires, etc., dans les affaires des pays d’où affluent les immigrés d’aujourd’hui comme d’hier, et de commencer à établir avec eux des partenariats équitables.

Comment demander à des peuples de mourir sous les coups d’armes exportées par telle ou telle puissance de l’Est ou de l’Ouest, ou affamés sous l’exploitation d'un régime despotique, corrompu, soutenu et protégé pendant des décennies par les mêmes puissances?

N'ont-ils pas le droit de rêver de sauver leurs enfants et leurs vies, même en prenant les emplois dont personne ne veut dans les pays d'accueil, surtout quand leur misère est due aux intérêts de telle ou telle puissance? Pour continuer ...

Page :  12345