Coïncidences en marge des immigrations
Importations très "humainement"… économiques
Et peur de ceux qui ont quitté pour fuir les peurs ?!

Logo début de texte, site librementdit.com 07 août 2017 – On ne peut s’empêcher de constater, en marge des vagues d’immigration de notre époque, ce que les anglophones appellent "pattern", ou la tendance d’un comportement ou phénomène à se répéter.

Par exemple, un pays importe normalement ce qui lui manque sur place, et selon les statistiques démographiques déjà mentionnés dans cette série d’articles, la croissance de la population commence à traîner nettement dans les pays riches.

Et pendant que la part des pays riches diminue en termes de populations, les pays émergents ne cessent d’augmenter en population, en production et en exportation, tout en développant leurs savoirs et maîtrises technologiques en concurrence de plus en plus sérieuse avec les pays occidentaux.



On a beau compter sur la progression de la part des robots dans la production et les services (bientôt taxis sans chauffeurs, robots partenaires de vie avec tous "services" imaginables) encore faut-il faire tourner l'économie, la culture et la vie tout court avec des vivants qui mangent, s’habillent, se rencontrent, s’aiment et... inventent l'improgrammable.

Et c'est précisément ce qui est intéressant à observer. Guerres et famines poussent des populations entières à émigrer des pays pauvres financièrement et riches démographiquement, aux autres riches financièrement et s'appauvrissant démographiquement.

En termes d’offre et de demande, l’approvisionnement démographique se fait comme par vases communicants, sous des titres aux couleurs humanitaires les plus "touchantes". Pour continuer ...

Page :  1234